Que vos clients soient à Tourcoing ou à… Pékin, la règle est la même : ne laissez rien au hasard et choisissez le bon moment pour communiquer avec eux.

Cette précaution va jouer sur les résultats. D’autant que les heures d’affluence ne sont pas les mêmes selon le réseau social où vous publiez. Et, accessoirement, le continent que vous visez.

D’une manière générale, les informations communiquées ci-dessous sont des moyennes pour la France. À vous de les adapter en effectuant des tests avec des outils gratuits comme Google Analytics. Ou encore en surveillant les heures et jours de publication choisis par vos concurrents.

Autre stratégie possible, poster la nuit, pour éviter que vos messages soient noyés dans un flot de publications… 

Facebook serait fréquemment consulté sur le lieu de travail, pendant les moments creux, révèlent les statistiques. Du coup, en semaine, le créneau 13h-16h est tout indiqué pour publier ! C’est même carrément bingo si vous le faites le jeudi ou le vendredi. Par contre, oubliez le mardi. Mais le pic de fréquentation sur Facebook se produit le week-end avec un sommet le dimanche à 15h. Idéal, donc, pour vous adresser à votre communauté.

Instagram est majoritairement consulté depuis les téléphones mobiles. En conséquence, évitez les heures de bureau et concentrez-vous sur la pause déjeuner (11h-13h) ou le soir après le travail (19h-21h). De préférence, publiez le lundi, mercredi ou jeudi. Et si vous optez pour le week-end, choisissez le samedi à 17h. Le dimanche, lui, est le jour le moins favorable.

Twitter enregistre les taux de fréquentation les plus faibles durant le week-end. Privilégiez donc la semaine et notamment le mercredi. C’est à l’heure du trajet domicile-travail (8h-9h) ou du déjeuner (12h-13h) que vous aurez le plus de chance de toucher votre auditoire.  De même, les heures de pause (12h, 15h, puis entre 17 et 18h) semblent générer plus de retweets et de clics.

LinkedIn a cet avantage sur ses concurrents d’être bien vu au bureau. Normal, pour un réseau professionnel utilisé aussi bien par les entrepreneurs, les recruteurs que les commerciaux. Les heures les plus propices pour publier sont donc le tout début de journée (7h-8h) puis le milieu de matinée (10h-11h) ou encore la fin d’après-midi (17-18h) et de préférence en milieu de semaine (mardi, mercredi, jeudi). En toute logique, c’est en fin de journée et le week-end que LinkedIn est le moins consulté.

Pinterest capte l’essentiel de son public -à 70% féminin- le soir entre 20h et 23h. En semaine, on relève également des pics significatifs à 14h, 19h et 2h du matin. Par contre, les horaires dits “de bureau” sont à proscrire. Le week-end est très prisé, surtout le samedi entre 8h et 11h.

À LIRE : le blog hootsuite.com réunit de nombreuses informations sur les meilleurs jours et heures pour poster sur les médias sociaux, aussi bien en B2C que B2B

…Et le bon rythme ?

En ce qui concerne les rythmes de publication sur les réseaux sociaux, les avis divergent. En fonction de la taille de l’entreprise,  de son budget, de ce qu’elle fabrique (et vend !), de sa cible et donc des plateformes sur lesquelles elle va communiquer, la fréquence sera extrêmement variable. Dans ce domaine plus que dans tous les autres, il vous appartiendra d’établir votre vérité. Comme base de départ -il en faut bien une !-, les informations les plus pertinentes que nous ayons pu puiser proviennent de coschedule.com qui a compilé les résultats de 14 études sur le sujet. La synthèse qui en est faite nous semble assez convaincante.

Ainsi, sur Facebook comme sur LinkedIn, un post par jour constituerait un bon rythme. Sur Twitter c’est le grand écart entre la moyenne basse (1 tweet par jour) et la moyenne haute (51) ; la vitesse de croisière serait de 15 tweets/jour. Chez Pinterest, la fréquence recommandée est de 11 pins par jour. Sur Instagram, enfin, on préconise un ou deux posts par 24 heures